La dépendance aux écrans pourrait engendrer des problèmes d’érection

la-dependance-aux-ecrans-troubles-érection-obsession-addict

C’est certainement une des angoisses les plus présentes chez l’homme dans sa vie sexuelle : avoir des problèmes d’érection. Bien que ce genre de trouble soit en augmentation, une étude de l’IFOPC montre que les hommes ont toujours beaucoup de mal à se sentir à l’aise dans cette situation.

Un problème de plus en plus courant

En 2019, 61% des hommes de cette étude admettent avoir déjà rencontré un trouble de l’érection au cours de leur vie. En comparaison, ils n’étaient que 44% en 2005 et 49% en 2010. Mais lorsque l’on y regarde de plus près, il semblerait que ces problèmes soient plutôt récents car plus de 1 homme sur 3 (38%) reconnaît avoir eu ces troubles de l’érection dans les 12 derniers mois.

Lorsque l’on se penche sur le type de trouble en particulier, on remarque qu’il s’agit pour 24% des hommes interrogés d’un problème de fermeté pendant un rapport, pour 23% d’un problème d’érection et d’une absence ou insuffisance de désir pour 18% d’entre eux. A noter qu’ils sont également 9% à ne pas avoir d’érection du tout et 18% à ne pas réussir à la conserver tout au long du rapport.

écrans-problèmes-érection-absession-addict

Quels facteurs sont responsables ?

Qu’est-ce qui peut causer des troubles de l’érection? Bien évidemment en tête de ce classement se trouve l’âge : en effet 40% des hommes de plus de 70 ans admettent avoir régulièrement des problèmes d’érection. Mais ce n’est pas la seule raison. Le stress est également tenu responsable des dysfonctionnements érectiles que peuvent rencontrer ces messieurs (ils sont 55% à évoquer ce facteur). Les anti-dépresseurs ne sont pas non plus le meilleur allié de l’érection (c’est ce que disent 57% des hommes interrogés). Plus surprenant, on remarque que 55% des hommes qui regardent des vidéos pornographiques tous les jours et 45% qui regardent des informations via des écrans présentent ces troubles. Le point commun : les écrans bien sûr, qui apparaissent alors comme un ennemi redoutable.

 

Ne pas sous-estimer l’impact psychologique

Mais un trouble de l’érection, ce n’est pas seulement un rapport sexuel gaché ou écourté, c’est surtout un vrai problème psychologique pour l’homme qui va alors développer des complexes liés à l’érection. Pour la plupart des hommes, être capable d’avoir une érection c’est un signe fort de virilité. Ainsi, avoir des problèmes de cet ordre reviendrait à remettre en question leur masculinité toute entière. 2/3 des hommes ayant souffert récemment de problèmes d’érection admettent avoir des complexes sur le fait de pouvoir rester ferme pendant tout un rapport ou même de pouvoir être en érection. L’impact psychologique est donc très lourd. On observe également que le manque de confiance en soi lié à la taille de leur sexe par exemple peut avoir des retentissements sur leur capacité à avoir et/ou maintenir une érection. Un autre problème se situe dans l’idée que se font les hommes de la sexualité. Ainsi, on note que les jeunes hommes (moins de 30 ans) estiment qu’un rapport sexuel doit forcément impliquer une pénétration pour être totalement satisfaisante. A cet age, la virilité se limite souvent au sexe et à la capacité sexuelle des hommes. Du côté des hommes plus matures, le sexe n’est pas réduit à la pénétration et ils se sentent plus à l’aise avec d’autres moyens d’avoir une relation sexuelle.

Troubles de l’érection : entre fausses excuses et sujet tabou

Car oui, il faut bien l’admettre, les troubles de l’érections sont encore un sujet tabou à notre époque. Il est donc difficile de faire parler à un homme sur ce sujet délicat que ce soit pour échanger avec sa partenaire ou bien avec un professionnel de santé. Seulement ¼ d’entre eux a déjà osé en parler. En ce qui concerne les professionnels de santé, 72% des hommes admettent ne jamais en avoir consulté pour ce problème. Quant à la discussion avec la partenaire, elle est souvent si délicate que l’homme préfèrera se cacher derrière des fausses excuses pour éviter un rapport sexuel plutôt que de risquer de montrer son problème. C’est le cas de 30% des hommes et ce chiffre monte à 60% pour les hommes de moins de 30 ans. Parmi la liste d’excuses favorites, on retrouve : la fatigue, le stress, l’excès de nourriture ou d’alcool mais aussi les célèbres maux de tête. Il semblerait que le fait de trouver une excuse physique au problème soit plus facile pour eux car cela ne remet pas en cause leur virilité.

problème-érection-écrans-obsession-addict

Troubles érectiles : comment y remédier ?

Pour 2/3 des hommes, un recours à une stimulation va être tenté pour remédier au problème et obtenir une érection plus forte ou plus longue. Cela peut être par exemple regarder des images pornos, repenser à de précédents rapports prendre de l’alcool ou des médicaments améliorant l’érection ou d’autres aliments aphrodisiaques.

On note que peu de personnes ont recours aux médicaments pour rétablir une bonne érection. La plupart du temps ce sont les plus de 70 ans qui en prennent (29%), on note aussi 30% de travailleurs indépendants et 34% de personnes qui consomment des anti-dépresseurs. Le problème viendrait du fait que la plupart du temps ce sont des produits qui sont acheté sur internet et qui ne sont pas toujours fiables ni efficaces. Ils sont d’ailleurs 39% à craindre des effets secondaires, 20% à reculer à cause du prix et 18% à ne pas oser en parler à leur médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *