Il dépense une fortune pour ressembler à un elfe

La dysmorphie peut prendre différentes formes. Et pour certains, comme Luis Padron, elle prend la forme d’un elfe.

elfe-dysmorphie-louis-padron-obsession-addict

Passionné par le monde fantastique de l’univers du cosplay, et plus spécifiquement des elfes, cet argentin a dépensé plus de 40 000 € pour ressembler à ces êtres éthérés et asexués.

 

Une transformation physique esthétique pour commencer

Vers 20 ans, Luis Padron a décidé de sauter le pas et de commencer à devenir « transespèce » en devant une créature imaginaire : un elfe. Il commença par se blanchir les cheveux et le teint chaque mois, pour un coût d’environ 4000 €. Mais ce n’était pas assez pour lui, il voulait aller encore plus loin.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Mugshot.elf

Une publication partagée par Luis Padron – 👑 THE ELF 👑 (@luispadron.elf) le

Il modifia alors l’implantation de ses cheveux, en greffant de nouveaux cheveux plus bas, avec une pointe au milieu sur le front et de manière plus fournie, comme les elfes et les vampires, son deuxième fantasme.

« Toutes mes chirurgies sont liées à l’univers fantastique et j’ai toujours eu un grand front, ça me gênait beaucoup. L’une des choses les plus importantes pour les elfes, c’est d’avoir les cheveux long. C’est pour ça que j’ai voulu transformer ma ligne de cheveux et en avoir plus » a expliqué Luis Paron au journal britannique.

Mais pour une transformation complète, il a prévu d’autres chirurgies : se tailler les oreilles en pointe, les canines, affiner sa mâchoire et modifier encore une fois son nez. Il devient accro à la chirurgie esthétique. Vous pouvez d’ailleurs suivre toute son évolution sur son profil Instagram.

 

Une fuite suite à du harcèlement

Petit, Louis Padron se faisait harceler car il se colorait les cheveux et s’habillait différemment. Aborder un nouveau look qui fascine est pour lui une réponse à cela.

« Je veux devenir un elfe, un ange, une créature fantastique. Mon but est d’avoir l’air inhumain, éthéré, gracieux et délicat » a-t-il expliqué. « J’ai mon propre idéal de beauté et je veux l’atteindre quoi qu’il en soi. Je me considère comme trans-espèce et tout comme les personnes transgenres se sentent, je dois devenir qui je suis à l’intérieur. Je n’attends pas que les gens me comprennent mais je leur demande de me respecter ».

 

Aujourd’hui, Luis Padron fait partie de la «Plastics of Hollywood Talent Agency», une bande de fans de chirurgie esthétique stars de leur propre émission de téléréalité. Parmi eux, des sosies de Ken, Barbie, Britney Spears ou Kim Kardashian.

 

Qu’est-ce que le trouble dysmorphie corporelle (dysmorphophobie) ?

Le trouble de dysmorphie corporelle (dysmorphophobie) est classé, dans le DSM-IV (1), parmi les troubles somatoformes. Dans le DSM-5, il est classé parmi les troubles obsessionnels-compulsifs et connexes, comme les troubles alimentaires.

La caractéristique essentielle de ce trouble est une préoccupation concernant un défaut de l’apparence physique. Le défaut peut être imaginaire ; si un léger défaut physique est apparent, la préoccupation est manifestement démesurée.

La plupart des personnes qui en souffrent estiment que ces préoccupations sont difficiles à contrôler et elles n’essaient pas, ou très peu, d’y résister.

 

Une histoire fascinante de femmes avec des tatouages

Dans la société moderne, les femmes avec des tatouages sont très courantes et il y a une grande demande pour des motifs de tatouage pour les femmes. Cependant, il est faux de dire que seules les femmes des temps modernes utilisent des tatouages pour décorer leur corps.

Une histoire fascinante de femmes avec des tatouages - obsession addict

La vérité est que l’histoire des femmes avec des tatouages est très longue. Les momies des femmes qui ont vécu dans l’Égypte ancienne ont révélé que les femmes avec des tatouages étaient courantes dans l’Égypte ancienne. Le tatouage était également très répandu dans la culture polynésienne ancienne. Continuer la lecture

Nous n’avons qu’une obsession : vous souhaiter une bonne année 2020 !

Sortez les coupes de champagne, les petits fours et les cotillons, le premier jour de la nouvelle année est là ! Alors bonne année et tous nos vœux pour 2020.

obsession-addict-bonne-annee-2020

Réussir son jour de l’an est parfois un point d’honneur pour certains. La pression sociale fait que vous devez absolument avoir une soirée de prévue, sortir et vous amusez, en plus le prouver sur les réseaux sociaux sinon vous passez pour un-e looser.

Continuer la lecture

Nanophilie ou l’amour des nains

Vous aimez les gens de petites tailles, mais genre… vraiment petites ? Noël vous met dans tous vos états à cause des petits elfes qui entourent le Père Noël ? Vous êtes peut-être atteint de nanophilie.

nanophilie-nains-obsession-addict

Si voir une personne naine provoque en vous un véritable désir sexuel, une envie irrésistible de faire l’amour et de procréer, aucun doute, vous êtes nanophile. Mais que dire de cette paraphilie ?

Continuer la lecture

Morphine : devient-on dépendant à tous les coups ?

La morphine est très utilisée dans le milieu médical et il en existe plusieurs types. Si elle fait peur à certains, d’autres l’aiment beaucoup, voire un peu trop. La dépendance est-elle obligatoire lorsqu’on prend de la morphine ?

dependance-morphine-obsession-addict-1

Prescrite pour gérer les douleurs, elle a un potentiel addictif assez fort. Mais pour autant, devient-on accro facilement à la morphine ? Quels sont les risques ?

Continuer la lecture

J’aime manger de la craie

Si certaines habitudes alimentaires vous semblent étranges, le pica en fera sûrement parti. Ce trouble alimentaire qui consiste à manger de la craie est bien plus courant que vous le pensez. Entre vrai trouble et effet de mode, on fait le point.

manger-craie--pica-obsession-addict-femme

Vrai trouble ou effet de mode car le pica est chez certains, une vraie déviance alimentaire. Manger de la craie n’est pas le plus courant et a priori pas comestible. Mais on a retrouvé sur les réseaux sociaux, notamment Instagram, des personnes qui se lancent le défi de manger de la craie. Des défis qu’on retrouve dans l’univers de l’ASMR.

Continuer la lecture

Ondinisme : quand uriner devient un plaisir

Si le nom peut paraître romantique, la réalité est toute autre. L’ondinisme est une perversion sexuelle bien particulière puisqu’elle est liée à l’urine. Ou plus précisément au fait d’uriner.

ondinisme-obsession-addict-2

Si l’ondinisme ne présente aucun danger pour l’individu, contrairement à certaines pratiques BDSM ou certaines paraphilies, il n’en reste pas moins que cette pratique sexuelle déviante est une perversion. Elle se présente aussi sous plusieurs formes. OA vous en dit plus.

Continuer la lecture

Candaulisme, une pratique sexuelle plus vieille que vous ne le pensiez…

Si vous vous imaginiez que le candaulisme était une pratique sexuelle récente, vous vous trompiez. Et là vous vous dites : candau quoi ? Candaulisme ? Si le nom vous est inconnu, vous en avez pourtant déjà probablement entendu parler.

candaulisme-cukolding-oa-obsession-addict-film

Voir son ou sa partenaire désiré-e par un-e autre vous existe ? Alors vous êtes potentiellement candauliste. Cette pratique sexuelle a traversé l’histoire et reviens « à la mode » de nos jours. Eh oui, elle est bien plus ancienne que l’upskirt !

Continuer la lecture

Le jeu Fortnite peut-il créer une addiction ?

fortuite-addiction-jeu-video-obsession-addict

Le jeu Fortnite Battle Royal est un véritable phénomène avec plus de 250 millions de joueurs au compteur. Une réussite qui pose certaines questions, notamment celle du problème de l’addiction. C’est en tout cas ce que pense un cabinet québécois qui vient de lancer une demande d’action collective contre Epic Games dont le jeu « fortnite » serait addictif.

Continuer la lecture

L’hyperphagie : quand la nourriture devient réconfort

hyperphagie-un-trouble-alimentaire-obsession-addict

L’hyperphagie est un trouble alimentaire qui reste encore mal connu du corps médical. Il s’agit de se réfugier dans la nourriture pour compenser un manque. Elle accompagne souvent des syndromes dépressifs. La nourriture devient alors une véritable obsession. Quand nos émotions dictent nos comportements alimentaires, cela peut devenir dangereux pour la santé.

Continuer la lecture