Êtes-vous… CHIONOSPHÉROPHILE ?

Les chionosphérophiles sont des personnes très particulières, mais il est totalement possible que vous puissiez en faire partie ! Mais comment me direz-vous ? Eh bien tout simplement en collectionnant les… boules à neige. Une vraie passion pour certains, une véritable addiction pour d’autres.

boule a neige - chionosphérophilie - chionosphérophile - oa- obsession addict

Eh oui, collectionner ces petits globes de verre où la fausse neige s’agite lorsqu’on secoue ce dernier porte un nom. Un nom étrange, mais il existe bien. Obsession Addict vous en dit plus.

Une origine rappelant les deux pôles

L’étymologie de la chionosphérophilie est un peu tirée par les cheveux, sûrement due à la forme de l’objet tant convoité : « Composé de chionosphère, synonyme rare de « calotte glaciaire ». Déjà, à la genèse, l’inventeur de ce terme n’a pas tout compris : le coup de la neige – phénomène noble dans l’imaginaire collectif -, c’est pour éviter de dire «  Je collectionne les boules à neige mais aussi celles avec des confettis multicolores et n’importe quoi d’autre susceptible de flotter sur mes trucs sous verre ». Si le terme vous paraît trop compliqué, vous pouvez toujours vous rabattre sur celui-ci : neigenboulophilie (acceptable aussi par les amateurs mais moins glamour avouons le).

 

Des réunions pour les accros

Pour certains, la passion est si intense qu’ils y dédient des pièces entières de leur maison, en font la chasse à chacun de leur déplacement en écumant les magasins souvenirs, et vont à des salons dans des bars, là où l’on parle de « la dimension philosophique et humaine » des «  sphères neigeuses ». De quoi faire rêver les plus mordus. D’ailleurs, si vous souhaitez vous joindre à eux, contactez l’organisateur de ces réunions, Yves Tollec, qui estime le nombre de collectionneurs à 850 en France. Quand on vous parle de passion…

boule a neige - chionosphérophilie - chionosphérophile - macron - oa- obsession addict

 

Une présence sur le web pour échanger entre collectionneurs

Il vous faudra fouiller un peu dans les recoins d’internet pour les trouver, et avoir les bons mots clés, car ces derniers sont encore plus timides qu’une jeune pucelle, mais il existe des blogs à ce sujet. Les boules à neige font parler d’elles.

Vous pourrez discuter, comparer voire échanger vos petits globes sur ces plateformes. Et si vous souhaitez simplement vous débarrasser du cadeau de grand-mère ou de celui de la Tante Sylvie, c’est possible aussi. Les chionosphérophiles sont là pour vous rendre ce service, ce sont des gens formidables.

Et si vous devenez vous-même mordus, vous pourrez avoir des conseils sur les bons endroits où trouver le plus de boules à neige. Magique.

 

Les chionosphérophiles : deux groupes distincts

Apprenez aussi que les chionosphérophiles sont divisés en deux catégories : ceux qui assument le kitsch et le revendiquent, et ceux qui sont dans le déni, comme Miss tourisme de boule : « Celle là, elle vient de Paris… On était au Galeries Lafayette et j’ai choisi deux boules (…) et à la caisse, surprise, la madame la caissière n’en avait compté qu’une!!! Merci madame la caissière ! » Ils se réjouissent vraiment, quelle chance !

boule a neige - chionosphérophilie - chionosphérophile - macron - oa- obsession addict-2

Le quotidien des chionosphérophiles est palpitant (pour les fans de Louis La Brocante ou Barnaby) car il est rythmé par les brocantes, là où leurs boules pourraient se cacher. Et vous avez différentes catégories dans les boules à neige (oui car toutes ont leur style) : américain, virtuel, pays, …  Malheureusement, tous les collectionneurs propriétaires d’un blog semblent s’être figés dans l’espace temps en 2005 (date potentielle de la création d’une secte dit-on – en plaisantant.)

 

Les raisons d’une telle passion ?

La question ultime demeure pourtant sans réponse mais les théories sont légions (moins que ces objets quand même). Pourquoi cette passion ? D’où vient-elle ? Que suscite-t-elle chez ses fans ?

Hypothèse numéro 1 : elles comblent un vide affectif. Une dame de Montluçon appelle ses boules « mes p’tites filles » (l’apostrophe est très importante), et certains commentaires sont probants. Pour n’en citer qu’un :

Le mardi 27 janvier 2004, 18:41 par Bouba : « Moi je fais la collection des boules à neige depuis 5 ans j’en ai 70 j’en trouve partout j’en ai des monstrueusement énormes (ndlr : des boules), originales et belles. J’aime ça car quand je les regarde, j’ai l’impression d’avoir enfermé un petit bout de paradis rien qu’à moi, des fois ça rend un peu mélancolique mais c’est tellement beau… »

Hypothèse numéro 2 : distraire le monde. Voir la neige s’agiter laisse l’imagination partir dans des mondes merveilleux et lointains.

boule a neige - chionosphérophilie - chionosphérophile - macron - oa- obsession addict-3

Bref, on ne peut que rester pantois devant une telle collection lorsque l’on pousse une porte et que l’on découvre ces « trésors ». Chaque globe amène à une légère nostalgie ou une féérie selon les avis. Et vous, que cela vous évoque-t-il ?

 

 

source : Roadsmag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *