L’hybristophilie, ou l’obsession pour les serial killers

L’hybristophilie est une attirance sexuelle pour les personnes qui ont commis des crimes extraordinaires. De nombreux tueurs en série à travers l’histoire ont suscité des intérêts amoureux qui les ont rencontrés après leur incarcération.

hybristophilie-tueurs-en-serie-obsession-addict-2

Il existe plusieurs théories non étudiées derrière l’attirance, comme profiter de l’attention, être nécessaire et être dans une relation avec quelqu’un qui est hautement contrôlable. Ces serial killers sont-ils des psychopathes ou des sociopathes ? Pourquoi cela attire certaines personnes ? Qu’en est-il réellement ? 

Il s’avère que les criminels masculins brutalement violents ont souvent de nombreux intérêts amoureux féminins. Et non, ce ne sont pas des femmes qui étaient en relation avec eux avant que les crimes ne soient commis et qui ont décidé de rester fidèles. Elles découvrent généralement ces hommes une fois qu’ils sont jugés ou dans les médias et déjà incarcérés. De nombreux psychologues théorisent qu’une condition appelée hybristophilie est à blâmer.

 

Une paraphilie amoureuse

L’hybristophilie est l’une des innombrables paraphilies, ou désirs sexuels anormaux et/ou extrêmes. En gros, c’est une attirance sexuelle pour quelqu’un qui a commis une sorte de crime scandaleux et extraordinaire. Pensez aux meurtriers de masse, aux meurtriers sexuels et aux chefs de secte. 

La paraphilie est « un schéma d’imagerie mentale ou de comportement récurrent sexuellement excitant qui implique des pratiques sexuelles inhabituelles et particulièrement inacceptables sur le plan social ». Les types de paraphilie les plus couramment discutés sont des choses comme la pédophilie, la zoophilie et l’objectophilie.

On pense que l’hybristophilie est à l’origine des groupies des salles d’audience des serial killers. Le terme a également été utilisé pour expliquer les fréquentes lettres d’amour écrites à des tueurs comme Jeffrey Dahmer, Charles Manson et Richard Ramirez (qui a même fini par épouser l’une de ses admiratrices). 

Il n’y a pas eu d’études sur la condition, donc la plupart de ce que l’on sait est anecdotique. Et même si ce n’est pas courant au sein de la population générale, c’est un événement régulier pour les prisonniers de sexe masculin. On ne peut pas vous dire à quelle fréquence on voit cela se produire. Dans presque tous les pénitenciers des pays, vous trouverez des employées, comme des avocates, des thérapeutes et des gardiennes, qui s’impliquent auprès des détenus.

vf_richard_ramirez_obsession-addict-

 

Alors … Qu’est-ce qui pourrait être si attirant chez un gars qui est probablement complètement diabolique, dangereux et qui vit aussi derrière les barreaux ?

Beaucoup de choses, apparemment. Bien que l’hybristophilie soit techniquement une attirance sexuelle, ce qui se cache derrière n’est pas nécessairement de nature sexuelle … Comme des pensées d’avoir des relations sexuelles avec quelqu’un de violent comme un tueur en série.

L’attirance sexuelle est provoquée par d’autres caractéristiques que le criminel pourrait avoir et/ou des éléments de sa vie qui en font des partenaires attrayants. Les criminels peuvent faire le petit ami » parfait « d’une certaine manière. Ces femmes savent où se trouve leur petit ami à tout moment, et elles n’ont qu’à partager des rencontres positives avec lui. Bizarrement, c’est une option de relation contrôlable et « sûre ». Il y a donc aussi un peu de narcissisme. Mais l’idée principale est qu’ils veulent se rapprocher d’une personne violente afin qu’ils puissent soit participer à une vie imaginaire qui les implique, soit devenir des partenaires avec eux.

Pensez-y : la plupart de ces femmes ne voient ces hommes que pour des visites occasionnelles dans leur prison, au cours desquelles, l’homme se comporte au mieux. S’il ne l’est pas, elles ne reviendront peut-être jamais. Elles n’ont pas non plus à faire face aux déceptions qui peuvent survenir au quotidien dans les relations, comme nettoyer après un petit ami ou être agacée par la consommation de drogue ou d’alcool. 

 

 

Il y a aussi un sentiment d’être nécessaire

De toute évidence, ces femmes accordent aux hommes criminels l’attention dont ils ont tant besoin. Et, à leur tour, elles ont un but, généralement pour les aider à traverser un procès.

Les femmes qui entretiennent ces relations peuvent également souhaiter attirer l’attention de leur famille, de leurs amis et des médias eux-mêmes. Elles pourraient également vouloir être sous les feux de la rampe, quelles que soient les raisons qui y sont associées.

Il y a aussi un frisson qui accompagne l’interaction avec des personnes notoires. Et certaines femmes peuvent être attirées par ces hommes pour leur apparente domination ou leur masculinité. Sans oublier que de nombreux tueurs en série sont des maîtres manipulateurs et peuvent sembler charmants et énigmatiques. Pour beaucoup de ces femmes, l’interaction avec des criminels les détourne de ce qu’elles trouvent être une vie ennuyeuse. 

On ne sait pas si les femmes qui se sentent attirées par des hommes comme celui-ci les croient coupables (et sont en fait attirées par cette idée elle-même) ou pensent qu’elles sont innocentes. On ne sait pas non plus s’il existe des expériences qui prédisposeraient une femme à l’hybristophilie, bien que de nombreux experts et auteurs sur le sujet aient émis l’hypothèse qu’une histoire d’abus est probable.

Mais aussi, ne paniquez pas si vous vous retrouvez à penser que Ted Bundy. Cela ne signifie pas automatiquement que vous souffrez d’hybristophilie. Être fasciné.e par le vrai crime est une chose, mais agir en conséquence et écrire des lettres à des tueurs connus ou rechercher des relations avec eux en est une autre.

 

La différence avec une émission sur les crimes 

Si vous n’êtes pas sexuellement excité par la vue d’un crime commis, alors vous n’avez probablement pas d’hybristophilie. La différence entre quelqu’un qui ne fait que regarder chacune de ces émissions qui sortent et quelqu’un qui en est complètement accro, c’est l’obsession.

Pouvez-vous vous lever et aller faire autre chose ou en manquer une ? Alors vous n’êtes probablement pas obsédé.e par ça. Mais si vous passez toute votre vie à voir ces émissions, à les binger, à les regarder encore et encore et à vous identifier aux personnes qui y participent … Vous êtes maintenant dans un mode obsessionnel. Mais encore une fois, ce n’est pas nécessairement sexuel. Quand ça monte au point où c’est sexuellement excitant … Et surtout si c’est la seule chose dans votre vie qui est sexuellement excitante … Maintenant vous avez une paraphilie … C’est leur principal stimulus d’excitation.

 

La différence avec un chef de secte 

Encore une fois, c’est la question de l’excitation sexuelle. Certaines personnes fascinantes et charismatiques utilisent leurs compétences verbales pour créer presque un sentiment de transe chez leurs adeptes. Et cela ne correspond pas nécessairement à une paraphilie. Ce n’est pas nécessairement sexuel pour ces gens.

Avec quelqu’un comme Jim Jones ou David Koresh, il y a une véritable relation. Vous interagissez avec la personne. La personne n’est pas incarcérée. Il est là … Beaucoup de ces gens recherchent des hommes où il n’y a pas de véritable relation en termes de contact parce que le gars n’est pas disponible. Il est enfermé.

ted-bundy-obsession-addict

 

on espère que cet article vous a rassuré si jamais vous vous posiez certaines questions. Et comme les serial killers vous intéresse, découvrez Ed Gein et son histoire qui a inspiré 3 des meilleurs films d’horreur du cinéma. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.