Sommeil : guide du débutant sur la somnophilie

La somnophilie est une paraphilie sexuelle dans lequel l’excitation sexuelle est dérivée de l’intrusion, des baisers et/ou des caresses sur quelqu’un (généralement un étranger) pendant qu’il dort sans force ni violence. 

somnophilie-obsession-addict-2

Cependant, certaines définitions de la somnophilie – bien que toutes liées au sommeil – diffèrent parfois légèrement. Par exemple, certaines définitions de la somnophilie disent qu’il s’agit d’avoir des relations sexuelles avec un partenaire endormi (plutôt que de simplement toucher quelqu’un sexuellement pendant qu’il dort). Cela rappellera un peu l’hypnophilie.

Une autre définition dit que la somnophilie comprend également le fait d’avoir des relations sexuelles avec quelqu’un alors qu’il est inconscient. Cette dernière variation peut être due à l’utilisation accrue de drogues telles que le rohypnol (« roofies ») ou le GHB qui ont été impliquées dans des infractions sexuelles. Il n’y a pas de terme technique pour la condition réciproque d’être le destinataire d’avances sexuelles pendant le sommeil. On pense que cela se produit plus souvent dans le fantasme que dans la réalité.

 

Quand le viol devient un fantasme…

Certains signes ou symptômes pouvant indiquer la somnophilie incluent des pensées récurrentes concernant des personnes inconscientes ou endormies et des pulsions sexuelles au contact ou à proximité de ces personnes. Bien qu’il y ait des spéculations sur le traitement (par exemple, l’hypnose, la thérapie comportementale et les programmes en 12 étapes), il n’est pas nécessaire à moins que le comportement ne devienne destructeur, problématique et/ou implique une activité sexuellement criminelle et devienne un problème juridique.

Empiriquement, on sait très peu de choses sur la somnophilie. Et à notre connaissance, il n’existe aucune donnée concernant sa prévalence, son étiologie ou son traitement (pas même une seule étude de cas). 

 

Un lien avec la nécrophilie ?

Divers sexologues et auteurs y ont fait référence (comme John Money, Nancy Butcher et Rudy Flora). L’historien Richard Burg (Arizona State University) a publié un article en 1982 dans le Journal of the History of the Behavioral Sciences, et a suggéré la possibilité d’un continuum de focalisation érotique allant du fantasme de somnophilie aux actes impliquant la nécrophilie. En fait, la somnophilie a parfois été décrite comme une « pseudo-nécrophilie ». En ce sens que les deux paraphilies impliquent d’avoir des relations sexuelles avec un humain qui n’est pas conscient et/ou conscient et qui n’a pas donné son consentement.

Dans un numéro de 1972 de l’ International Journal of Psychoanalysis , les psychologues Dr Victor Calef et Dr Edward Weinshel ont décrit la somnophilie comme le « syndrome de la belle au bois dormant ». Ils ont aussi affirmé que la somnophilie était l’équivalent névrotique de la nécrophilie. 

Comme ils l’ont affirmé :

« Le thème de la ‘Belle au bois dormant’ qui ressuscite en quelque sorte par l’amour d’un prince charmant fascine les conteurs et les auditeurs depuis des centaines d’années. Nous avons l’impression qu’il n’est pas rare d’entendre, de la part de nos patients analytiques — principalement via divers démentis — ce même thème et ses désirs déguisés. Nous faisons référence aux patients qui se plaignent que leurs conjoints s’endorment avant eux et avant que l’activité sexuelle puisse être initiée. D’après notre expérience, au moins chez bon nombre de ces personnes, cette plainte est une tentative de cacher la fascination et l’attirance pour l’objet sexuel endormi et le désir de faire l’amour avec cet objet ».

Cependant, ils ont finalement conclu que bien que la somnophilie semble avoir certaines caractéristiques en commun avec la nécrophilie … Les deux syndromes ne reflètent pas nécessairement la même pathologie sous-jacente. En utilisant la théorie freudienne, Calef et Weinshel ont émis l’hypothèse que la somnophilie sous-jacente était le désir de retourner dans l’utérus maternel. Et que les somnophiles avaient des problèmes complexes d’ Oedipe non résolus. Ainsi que des fixations sur les stades prégénitaux du développement psychosexuel et l’anxiété de castration. Cependant, comme pour presque toutes les théories psychanalytiques, il est difficile de concevoir une recherche pour confirmer ou infirmer de telles spéculations.

 

sexe-endormie-obsession-addict

 

Somnophilie et coprophilie

Au sujet de la somnaphilie, citons un article de 2006 de Mark Knowles (New School for Social Research, New York). Il y examinait le contenu sexuel des lettres écrites par le romancier irlandais James Joyce (1882-1941). L’objectif principal de l’article de Knowles était d’examiner les manières dont les fantasmes sexuels paraphiles de Joyce s’exprimaient dans sa relation avec sa femme (Nora Barnacle) via des lettres écrites à la fin de 1909. La plupart des écrits paraphiliques concernaient la coprophilie … Intérêt sexuel pour les matières fécales … Mais dans une lettre (datée du 8 décembre), Knowles a noté qu’il y avait également un cas de fantasme somnophile. Ici, Joyce écrit sur la façon dont il effectuera un cunnilingus sur sa femme dans le but de « la surprendre endormie ». Cela la fera « gémir, grogner, soupirer et péter de désir dans [son] sommeil ».

Knowles a affirmé que les enquêteurs ont suggéré que l’étiologie de la somnophilie est similaire à celle du fétichisme et de la coprophilie … Bien que ces « enquêteurs » n’aient pas été référencés … Bien qu’il ait cité l’article de Calef et Weinshel. Knowles a noté :

« Le degré auquel les propres impulsions libidinales aberrantes de Joyce ont été influencées par de tels facteurs est incertain. Cependant, le fait que l’anxiété de castration ait été posée comme un mécanisme causal en ce qui concerne la somnophilie ainsi que le fétichisme et la coprophilie, dont les deux derniers ont joué un rôle important dans ses fantasmes sexuels, donne du crédit à l’idée que la menace de castration a effectivement constituent le ‘complexe nucléaire’ de Joyce ».

Christina Eugene (Bowling Green State University, USA) a également fait quelques observations intéressantes dans sa thèse de 2006 « Potent Sleep : The Cultural Politics of Sleep ». Elle a affirmé :

« Le sommeil est l’objectivateur essentiel de toute vie. La passivité du sommeil transforme les sujets en objets inanimés. Et, ce faisant, enlève au sujet le privilège de pouvoir agir sur le monde des objets… Cette transformation des personnes en objets inanimés permet de les traiter fondamentalement comme des objets – consommés, fétichisés et contrôlé. Conformément à la totalité du capitalisme et du phallocentrisme, un fétiche érotique pour les belles au bois dormant a fait surface ».

Eugene fait également de nombreuses références à la thèse de Carolyn Fay (Université de Virginie, États-Unis) de 2002 (Université de Virginie, États-Unis) « Stories of the Sleeping Body: Literary, Scientific and Philosophical Narratives of Sleep in Nineteenth Century France ».

Bien qu’elle n’utilise pas réellement le mot « somniphilie », Fay dit que :

« La culture fétichiste du sommeil contemporaine est animée par l’idée que la personne endormie est une personne absente… Pour le fétichiste, le sommeil est ce moment parfait où la conscience est évacuée, laissant un fragment vivant, respirant, digne d’amour ». [Les hommes qui cherchent à réaliser leur désir d’avoir des relations sexuelles avec une femme endormie peuvent utiliser des drogues pour maintenir l’état inconscient] « car si la personne se réveille, le fantasme et l’objet fétiche se perdent »

En réponse à cela, Eugène affirme ainsi que la somnophilie met l’accent sur :

« L’amalgame de l’absence et de la passivité car au lieu d’être passive, le fétiche se maintient par son absence. Quelles sont les dynamiques qui ont créé ces perplexités ? Qu’est-ce qui peut expliquer à la fois le fétiche de la belle au bois dormant et la somnaphobie d’une culture où les gens sont disposés à s’auto-infliger la torture de la privation de sommeil ? Malgré la pure obscurité de cette culture fétiche, les deux sont, néanmoins, une illustration de messages culturels particuliers qui sont écrits sur le corps endormi ».

Étant donné que les données empiriques sont préférables, il n’est pas certain que ces débats dans la littérature sur les arts et les sciences humaines ajoutent à ce que nous savons scientifiquement sur la somnophilie. Mais à tout le moins, ils constituent une lecture intéressante sur la condition humaine. En l’absence de tout dans la littérature empirique, on a passé le temps à essayer de trouver une sorte d’étude de cas :

« J’ai un fétiche que j’ai découvert s’appelle la somnophilie. Je l’ai dit à ma petite amie et elle n’a aucun problème avec ça. Ou avec le fait de me permettre de réaliser mon fantasme avec elle. Car elle est très soumise. Le seul problème, c’est qu’elle a le sommeil extrêmement léger. Au fur et à mesure, elle se réveille en un clin d’œil. Pour cette raison, il n’y a vraiment aucun moyen pour moi de le faire naturellement.

J’ai essayé des méthodes artificielles telles que les somnifères [en vente libre]. Cependant, ceux-ci la rendent simplement somnolent. Mais n’affectent pas la profondeur de son sommeil (c’est-à-dire qu’elle se réveille toujours tout de suite).

Je recherche soit une méthode soit un médicament qui va la plonger dans un sommeil très profond. Voire la laisser inconsciente. Comme si vous seriez sous l’influence d’une anesthésie générale pendant une intervention chirurgicale. Je suppose que j’aurais besoin d’un sédatif/hypnotique très puissant.

J’ai entendu parler de médicaments comme le Rohypnol. Mais je sais que ceux-ci sont illégaux aux États-Unis. Et je n’essaie pas d’avoir des ennuis ici. J’ai envisagé de demander à un pharmacien. Mais j’ai peur qu’il pense que je cherche une « drogue du viol » à des fins illégales et qu’il appelle les flics. Je cherche quelque chose qui l’assommera et qui résistera à une activité vigoureuse comme le sexe ».

Bien qu’il y ait peu de détails ici … Et qu’il n’y ait aucun moyen de vérifier la véracité … Ce plaidoyer suggère au moins que la somnophilie est plus qu’une paraphilie théorique.

 

sexe-endormie-obsession-addict-2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.