La forniphilie, quand on aime se transformer en meuble

La forniphilie, également appelée « objectification », est une pratique consistant à se servir de son partenaire comme d’un meuble : lampe, table basse, bureau, toilettes, chaise, étagère Billy. 

forniphilie-humains-en-meuble-obsession-addict-2

C’est ici d’avantage l’excitation sexuelle qui est recherchée que l’aspect pratique de la chose, en particulier concernant les réfrigérateurs. On retrouve cette tendance particulièrement dans le monde du BDSM. Certaines séries aussi, comme Squid Game, en montrent quelques aspects. C’est une forme de soumission qui excite fortement le soumis et qui offre une forme de domination sans forcément de rapport sexuel. 

 

Une tendance née dans les années 80

La forniphilie a été inventée dans les années 80 par un ingénieur anglais. À l’époque on transformait son partenaire en canapé cuir, c’est le versant SM de la forniphilie. Et c’est la compression de 3 mots, furniture, meuble en anglais, fornication, et philie qui désigne l’attirance vers quelque chose.

Dans la forniphilie, il y a un dominant. En général, c’est la personne avec un tournevis qui dit à l’autre « je vais te démonter ». Et qui peut faire ce qu’elle veut de l’autre. S’il lui dit « tu es une table », il met une nappe sur le dominé, invite des amis, et là voilà, belle soirée en perspective. On peut aussi transformer l’autre en chaise, ou en pouf s’il n’a pas fait de muscu. Bref, c’est génial parce qu’on n’a plus à acheter de meubles. Si la moitié du monde devient forniphile et que l’autre moitié pose la télé dessus … Conforama, ils sont foutus. 

La forniphilie, c’est la tentation du non-être, pour ne pas exister. Cette pratique se retrouve dans les films pornographiques japonais. Mais aussi chez de nombreux artistes à l’image du photographe allemand Helmut Newton.

« Pour bien jouer son rôle, l’être doit s’effacer derrière la fonction de meuble, définit au magazine Les Inrocks, Angès Giard, anthropologue à l’université de Nanterre (92). [C’est] muter en chose aveugle et inconsciente, se faire invisible et silencieux jusqu’à jouir de n’être qu’utilisé, manipulé, transformé en support de gestes sans affects. La forniphilie, c’est la tentation du non-être ».

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par VICE TV France (@vicetvfr)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.