Alcool : les ado accros au Binge Drinking

Si vous êtes jeune, le mot “Binge Drinking” vous parlera tout de suite. Vous pourriez même avoir un sourire au coin des lèvres. Sinon, c’est que vous êtes de “ l’autre ” génération, ce qui n’est peut-être pas plus mal…

 

binge_drinking_dependance-alcool-ado-tendance-oa-obsession-addict-4binge_drinking_dependance-alcool-ado-tendance-oa-obsession-addict-4

Le Binge Drinking qu’est-ce que c’est ? Pour résumer, c’est boire vite et beaucoup pour atteindre l’ivresse rapidement. Et pour ceux qui poussent encore plus loin, ils l’associent souvent à la cocaïne pour limiter les effets de l’alcool. Bref, plus d’abus tout en minimisant les effets, de quoi donner quelques frayeurs en matière de santé. Si la “défonce” peut paraître cool, ça ne l’est pas toujours.

Le Binge Drinking, une tendance qui touche en premier les jeunes

Le phénomène du « binge drinking » augmente de manière alarmante chez les jeunes alors que la consommation d’alcool dans les pays industrialisés a diminué de 2,5% ces dernières années. La proportion de binge drinkers se retrouve chez les jeunes et plus particulièrement chez ceux de sexe masculin, mais il atteint aussi les adultes.

Le binge drinking représente le fait de consommer beaucoup d’alcool sur un court laps de temps et au cours d’une seule occasion. Chez l’homme, cela représente au moins 6 verres endéans les deux heures, chez la femme au moins 5 verres. C’est d’ailleurs un phénomène dont les média raffolent, même si les images qu’ils véhiculent ne correspondent pas toujours à la réalité.

binge_drinking_dependance-alcool-ado-tendance-oa-obsession-addict-5

En effet, à titre d’illustration, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit le binge drinking comme le fait de boire plus de 50g d’alcool au cours d’une seule occasion de consommation. Cela représente en pratique une quantité d’alcool équivalente aux trois-quarts d’une bouteille de vin de 75 cl. On est bien loin du coma éthylique. Pour autant, ce phénomène inquiète. Ce mode de consommation excessif et ponctuel qu’on peut appeler API (alcoolisation ponctuelle importante) est répandu dans les pays anglo-saxons, dans les pays nordiques et aujourd’hui en France.

 

Quels sont les risques d’une telle pratique ?

les complications médicales graves pouvant survenir lors de ces intoxications aiguës : coma éthylique, traumatismes, troubles digestifs, cardiovasculaires et cognitifs, tentatives de suicide, augmentation du risque de consommation de drogue… mais les impacts sur la santé ne sont pas les seules conséquences.

binge_drinking_dependance-alcool-ado-tendance-oa-obsession-addict-2

Les risques du Binge Drinking sont particulièrement liés à l’âge des consommateurs. Lorsqu’on est ado ou jeune adulte, le cerveau est encore en construction. Et c’est là où se situe le danger majeur. Il a été prouvé que l’alcool freinait considérablement le développement de ce dernier. Et effet papillon, on note aussi sur les consommations à long terme, des conséquences sur le comportement et le caractère de l’individu, comme pour les consommations de drogues ou de cannabis quand celui-ci est consommé en grande quantité à un jeune âge.

De plus, la consommation excessive ponctuelle et festive n’expose pas aux mêmes dangers que la consommation régulière d’alcool. La perte de contrôle, les comportements violents et impulsifs peuvent se révéler dangereux pour les autres mais également pour soi. Au-delà des accidents de la route ou de sport, on devient la victime idéale de rixes, de manipulations et de violences physiques, morales ou sexuelles.

binge_drinking_dependance-alcool-ado-tendance-oa-obsession-addict-3

Plus vous consommez jeune de l’alcool, plus vous êtes susceptibles de vous tourner vers des plaisirs moins sains ou artificiels car vous voudrez “toujours plus”, afin de retrouver ce frisson des premières fois. Autre point noir, l’alcool perturbe également l’équilibre hormonal, nécessaire au développement des os et au développement sexuel. De quoi réfléchir avant de se lancer dans des concours de Binge Drinking chaque week-end (ou plus) si très jeune, vous pouvez faire face à des problèmes de dysfonction érectile notamment…

 

Quelle prévention adopter ?

Quand on est jeune, fille ou garçon, il y a des comportements à adopter face au Binge Drinking, ou l’alcool tout simplement :

FILLES ET GARÇONS :

  • Pas de boissons alcoolisées en-dessous de 16 ans.
  • Pas de boissons alcoolisées fortes en-dessous de 18 ans.

 

GARÇONS ENTRE 16 ANS ET DE 18 ANS :

  • Pas plus de deux verres standards à la fois.
  • Pas plus de deux fois par semaine.
  • Pas de consommation hebdomadaire habituelle.

 

FILLES ENTRE 16 ANS ET 18 ANS :

  • Pas plus de un à deux verres standards à la fois.
  • Pas plus de deux fois par semaine.
  • Pas de consommation hebdomadaire habituelle.

 

 

Quel traitement adopter en cas d’abus d’alcool ou de la tendance Binge Drinking ?

Les parents peuvent se sentir démunis face à un tel comportement, pourtant il faut réagir et ne pas laisser les choses empirer, sous peine de voir un impact fort s’installer dans la vie actuelle et future de la personne. Et même avant cela, car lorsqu’on boit vite et beaucoup, on est susceptible de faire une intoxication. Les centres anti-poisons ou le SAMU est là pour intervenir en cas de besoin, mais si on peut tout faire pour l’éviter, c’est mieux !

Les symptômes d’une intoxication sont faciles à reconnaître, autant faut-il réagir vite : vomissements, nausées, maux de tête, pertes de mémoire, hallucinations, somnolence, était comateux… Une aide médicale et une hospitalisation seront nécessaires dans ce cas. Vous pouvez néanmoins aider en attendant les secours grâce à des gestes qui peuvent paraître simples mais qui ont toute leur importance lorsque votre santé, voire votre vie est en jeu. Pensez à :

  • Demander rapidement une aide médicale, même si vous hésitez sur la gravité de l’intoxication.
  • Déplacer la personne vers une pièce calme et fraîche.
  • Essayer d’éviter que la personne ne perde connaissance, parlez-lui calmement.
  • Placer la personne dans une position stable, afin d’éviter qu’elle ne s’étouffe avec ses vomissures.
  • Ne pas laisser la personne seule.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *