Il dépense une fortune pour ressembler à un elfe

La dysmorphie peut prendre différentes formes. Et pour certains, comme Luis Padron, elle prend la forme d’un elfe.

elfe-dysmorphie-louis-padron-obsession-addict

Passionné par le monde fantastique de l’univers du cosplay, et plus spécifiquement des elfes, cet argentin a dépensé plus de 40 000 € pour ressembler à ces êtres éthérés et asexués.

Une transformation physique esthétique pour commencer

Vers 20 ans, Luis Padron a décidé de sauter le pas et de commencer à devenir « transespèce » en devant une créature imaginaire : un elfe. Il commença par se blanchir les cheveux et le teint chaque mois, pour un coût d’environ 4000 €. Mais ce n’était pas assez pour lui, il voulait aller encore plus loin.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Mugshot.elf

Une publication partagée par Luis Padron – 👑 THE ELF 👑 (@luispadron.elf) le

Il modifia alors l’implantation de ses cheveux, en greffant de nouveaux cheveux plus bas, avec une pointe au milieu sur le front et de manière plus fournie, comme les elfes et les vampires, son deuxième fantasme.

« Toutes mes chirurgies sont liées à l’univers fantastique et j’ai toujours eu un grand front, ça me gênait beaucoup. L’une des choses les plus importantes pour les elfes, c’est d’avoir les cheveux long. C’est pour ça que j’ai voulu transformer ma ligne de cheveux et en avoir plus » a expliqué Luis Paron au journal britannique.

Mais pour une transformation complète, il a prévu d’autres chirurgies : se tailler les oreilles en pointe, les canines, affiner sa mâchoire et modifier encore une fois son nez. Il devient accro à la chirurgie esthétique. Vous pouvez d’ailleurs suivre toute son évolution sur son profil Instagram.

 

Une fuite suite à du harcèlement

Petit, Louis Padron se faisait harceler car il se colorait les cheveux et s’habillait différemment. Aborder un nouveau look qui fascine est pour lui une réponse à cela.

« Je veux devenir un elfe, un ange, une créature fantastique. Mon but est d’avoir l’air inhumain, éthéré, gracieux et délicat » a-t-il expliqué. « J’ai mon propre idéal de beauté et je veux l’atteindre quoi qu’il en soi. Je me considère comme trans-espèce et tout comme les personnes transgenres se sentent, je dois devenir qui je suis à l’intérieur. Je n’attends pas que les gens me comprennent mais je leur demande de me respecter ».

 

Aujourd’hui, Luis Padron fait partie de la «Plastics of Hollywood Talent Agency», une bande de fans de chirurgie esthétique stars de leur propre émission de téléréalité. Parmi eux, des sosies de Ken, Barbie, Britney Spears ou Kim Kardashian.

 

Qu’est-ce que le trouble dysmorphie corporelle (dysmorphophobie) ?

Le trouble de dysmorphie corporelle (dysmorphophobie) est classé, dans le DSM-IV (1), parmi les troubles somatoformes. Dans le DSM-5, il est classé parmi les troubles obsessionnels-compulsifs et connexes, comme les troubles alimentaires.

La caractéristique essentielle de ce trouble est une préoccupation concernant un défaut de l’apparence physique. Le défaut peut être imaginaire ; si un léger défaut physique est apparent, la préoccupation est manifestement démesurée.

La plupart des personnes qui en souffrent estiment que ces préoccupations sont difficiles à contrôler et elles n’essaient pas, ou très peu, d’y résister.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *