Sexe : à quel moment les pratiques sexuelles deviennent-elle déviantes ?

Avec l’avènement d’Internet, les frontières se sont ouvertes. Tout est accessible et chacun trouve chaussure à son pied. La facilité de visionnage des films pornographiques a aussi influencé les comportements des individus. BDSM, fétichisme, faciale, sodomie, gang bang, … Autant de pratiques sexuelles qui se démocratisent alors qu’elles étaient réservées à un monde plus « discret » auparavant. Alors comment savoir à à quel moment les pratiques sexuelles deviennent-elle déviantes ? Obsession Addict vous en dit plus.

pratiques-sexuelles-deviantes-obsession-addict-oa-2

Vouloir apporter de la fantaisie à son couple ou dans ses relations est tout à fait normal. Que ce soit pour tromper l’ennui, rebooster une libido un peu morne, partager un instant de complicité à deux, … C’est tout à fait normal. C’est bon de vouloir multiplier les nouvelles expériences, dans la mesure de certaines limites !

Une volonté partagée dans les pratiques sexuelles

Une des premières choses qui différencie la pratique « classique » de la pratique « déviante » est avant tout une question de volonté. Comme faire l’amour ou se faire violer, pourrait-on prendre comme exemple.

Vouloir casser la routine et la monotonie installées est quelque chose de plutôt sain. Chacun va communiquer sur son désir, son envie, son fantasme comme faire l’amour dans un lieu particulier ou en extérieur, réaliser une sextape (non partagée à tous les voisins ou collègues de bureau, cela reste privé), tester des sextoys, demander un strip-tease à sa partenaire, … bref des actes sexy qui peuvent exciter les deux partenaires.

pratiques-sexuelles-deviantes-obsession-addict-oa-3

Ça, ok, on est bon. Rien à y redire tant que la femme est respectée, qu’elle est complice et qu’elle y trouve elle aussi son plaisir.

 

L’avis des médecins

Alors, à quel moment les pratiques sexuelles deviennent-elle déviantes ? Quelle est la limite à ne pas dépasser ? Ces deux professionnels de la médecine, docteur, psychiatre et sexologue, nous donnent leur avis :

« Difficile de répondre à une telle question, estime le Dr Sylvain Mimoun, auteur de “Sexe et sentiments”. Qu’il s’agisse d’échangisme, de triolisme, de sexualité SM, certains couples s’en trouvent revivifiés et sauvés, ils retrouvent alors la complicité perdue. D’autres, en revanche, s’en trouvent fragilisés et détruits. Le partenaire, qui a le sentiment d’avoir été manipulé, est pris de dégoût ou dévoré par les affres de la jalousie. Tout va donc dépendre de l’histoire de chacun, de ce qu’il est intimement capable d’accepter. Impossible de le prévoir à l’avance. »

Le psychiatre et sexologue Philippe Brenot, auteur du« Sexe et l’amour », recommande tout autant la vigilance contre certains comportements. Il l’écrit : « Les personnalités fragiles seront les premières à en faire les frais, car on ne vit pas facilement les pulsions contre soi‑même. Une seule règle en amour : n’acceptez de vivre que ce qui vous convient, en respectant tout autant le désir du partenaire. La mode SM (sadomasochiste) ne peut évidemment pas convenir à tous ; ni le bondage qui consiste à ligoter le partenaire en lui infligeant des postures destinées à créer l’excitation ; ni le “mélangisme” sous prétexte que cela se passe en présence du conjoint ; encore moins le “gang bang” associant une femme et au moins cinq partenaires masculins. »

Selon le psychiatre, le masochisme n’est pas une mode mais une maladie, qui peut entraîner chez le partenaire de profondes souffrances, voire des traumatismes, qu’il ait accepté cette pratique sous la contrainte ou ait cru la vivre volontairement, par une sorte d’assujettissement invisible l’amenant à croire qu’il la désirait lui aussi.

 

De la pratique à la déviance à la perversion sexuelle…

Ces comportements particuliers sont nommés par les spécialistes (médecins-psychiatre) paraphilies ou déviations sexuelles. Si certaines peuvent être « sans danger » si elles sont faites en accord avec le partenaire, de plein gré, et de façon ponctuelle, pourquoi pas.

On mettra dans cette catégorie le voyeurisme (voir sa compagne faire l’amour avec un autre), sadomasochisme (mise en scène de petites comédies avec scènes de domination/ humiliation), fétichisme (vêtements de latex, objet particulier, partenaire présentant certaines caractéristiques) , … On vous laisse faire la liste.

pratiques-sexuelles-deviantes-obsession-addict-oa-4

Cependant, certaines pratiques sexuelles déviantes deviennent dangereuses voire illégales dans certains cas comme notamment la zoophilie (amour avec un animal), urophilie (jeux d’urine), pédophilie (adulte qui impose des relations à un enfant mineur), la nécrophilie (aimer les cadavres), …

C’est à ce moment là qu’on reconnaît la déviance comme pathologique, lorsque le scénario devient répétitif et enferme l’individu dans un schéma. L’obsession prend alors le dessus et il est obligé de réitérer le même rituel pour atteindre la jouissance. La déviation sous-entend aussi que le pervers utilise son partenaire sexuel comme un objet et non comme une personne. Le partenaire souffre alors de ne pas compter. Ce type de troubles peut être pris en charge par un psychiatre, mais soyons honnêtes, le travail sera long et difficile, sans garantie de succès.

La déviance sexuelle ressemble à la perversion car elle en partage des comportements : le fétichisme et, à un certain degré, le sadomasochisme. La similitude s’arrête cependant là. Une déviance peut demeurer un fantasme qui n’exige pas d’être réalisé. S’il y a passage à l’acte, c’est entre adultes pleinement consentants (encore l’importance de la volonté des individus), la satisfaction sexuelle restant accessible par des moyens plus « classiques »…

pratiques-sexuelles-deviantes-obsession-addict-oa-bdsm

La différence dans la perversion sexuelle est que cette dernière enferme la personne dans une représentation de soi et du monde malsaine.  Faisant de l’autre un « objet », elle occulte complétement sa réalité pour la manipuler ou la contraindre. Tout pousse à l’acte, même sans consentement. Rien ne l’en empêche, on dit que c’est « compulsif », aucune satisfaction sexuelle ne peut être obtenue en dehors du cadre pervers.

Attention alors à ne pas confondre la perversion, qui est un trouble grave de la santé, et la déviance, qui représente seulement une « option » dans les comportements sexuels.

 

Source : Top Santé ; Sexologie Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *